Embrasse ton amour sans lâcher ton fusil

Publié le par nono le hool's

election-de-sarkozy.gif

Publié dans Classics

Commenter cet article

Laglesine 10/05/2007 19:07

Une expression original... ça change et c'est bien !

Buonovontoro Dorroté 06/05/2007 21:52

Dans les urnes on perd à tous les coups

Les élections présidentielles ont été remportées par Nicolas Sarkozy qui est le nouveau président de la République Française.
Avec Nicolas Sarkozy, comme après chaque élection, les mauvais coups continueront de pleuvoir sur les plus modestes d'entre nous, les chômeurs, la jeunesse, les salariés, les sans-papiers etc. Le pouvoir continuera à faciliter la vie aux patrons, à perpétuer un ordre où les riches sont toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres, où la précarité s'installe comme la norme sociale, où les inégalités sociales se perpétuent; la minorité qui accapare les richesses et les postes de pouvoir peut dormir tranquille.
L'intégration des discours et des valeurs de l'extrême droite chez le nouveau président français comme dans une large partie de la classe politique doit nous faire réagir. Les discours offensifs pour faire adhérer nombre de travailleuses et travailleurs à l'idéologie libérale, au culte du travail et de la concurrence entre les individu-e-s, à une conception d'un État à l'autoritarisme assumé doit nous porter à mener âprement une bataille idéologique et à très vite reprendre collectivement le chemin des luttes. Cette bataille idéologique doit porter des valeurs de solidarité, d'entraide, de partage des richesses, d'égalité, de refus de la soumission aux hiérarchies, de rejet du patriotisme. Les drapeaux tricolores agités par Ségolène Royal et les autres ne vont assurément pas dans ce sens.

S'abstenir de voter pas de lutter

Pour nous la seule voie à suivre est celle du développement des luttes et de leurs convergences, loin des isoloirs.
Au-delà de la faiblesse de leur score lors des présidentielles, il n'y a rien à attendre d'une hypothétique recomposition à gauche dès lors qu'elle s'inscrit sur le plan électoral. Elle répéterait les impasses du passé et ses renoncements avec la prise de pouvoir et la gestion du système, de Mitterrand à Lula les résultats et les désillusions ont toujours été les mêmes. Il n'y a pas de temps à perdre dans les élections législatives pour tous ceux et celles qui veulent mettre un frein à la dégradation sociale et à la fascisation des esprits. Si les 18 millions de personnes qui ont voté pour Ségolène Royal pour éviter Sarkozy descendaient dans la rue, ils pourraient bien plus certainement faire valoir leurs choix contre les politiques racistes, libérales, sexistes et autoritaires...
A nous de faire que les luttes du monde du travail, pour des augmentations de salaires, contre la précarité ou les licenciements rejoignent les luttes des sans-emploi, des mal logé-e-s ou des sans-papiers, nous amènent à une remise en question de l’organisation du travail et de la société actuelle ; que les luttes contre les mesures et lois sécuritaires s’inscrivent en lien avec le combat contre les discriminations sociales et raciales, les violences faites aux femmes et les préoccupations des quartiers populaires. Et bien sûr, à nous de faire que toutes ces luttes se fédèrent ensemble pour faire émerger un nouveau rapport de force social mais aussi un projet de société émancipateur, égalitaire et libertaire.

6 mai 2007
Relations Extérieures de la Coordination des Groupes Anarchistes

Aka 06/05/2007 21:32

Grmbl.

Peut guère être plus explicite.